Utopsy
Clinique et politique

Séminaires / Solal Rabinovitch

lundi 28 novembre 2016

Cher utopsystes,

Nous sommes heureux de vous annoncer la venue de Solal Rabinovitch pour notre prochaine séance de séminaire lundi 5 décembre 2016. Elle travaille en tant que psychiatre et psychanalyste à Paris. Membre de l’Ecole de psychanalyse Sigmund Freud (EPSF), elle est auteur de plusieurs ouvrages parus chez Érès.

Son intervention fait suite à celle de Françoise Labes le mois passé, lors de laquelle elle nous a parlé de sa pratique de psychiatre ou psychanalyste privé et de la manière dont elle accueillait les « nouvelles » demandes qui florissent sous des dénominations telles que le « harcèlement moral » ou encore « l’emprise » desdits « pervers narcissiques ». Elle a déployé la façon dont la banalisation de la notion de « perversion » fait symptôme d’une forme de confusion et de rabattement des champs qui tend aussi bien à une dépolitisation des questions qu’à une psychologisation généralisée.
Aussi nous pensons essentiel que les cliniciens qui soutiennent une éthique de l’acte analytique contre vents et marée, nous parlent des ressorts théoriques et pratiques de leur travail. Parler clinique donne à entendre combien l’espace précaire et parfois étroit dans lequel se faufile le transfert ne peut se régler par l’appel à un garant moral (que ce soit l’Etat, l’HAS ou d’autres encore qui auraient vertu de représenter le père en cette période où son autorité serait décrite comme fort mise à mal).

« Supporter le transfert » engage avec Solal Rabinovitch à oeuvrer sans reculer devant le réel, à faire avec la matière des énigmes irréductibles, à « se tenir dans l’ombre », à accueillir le délire comme ce qui « permet au sujet de se désigner sans s’évanouir ». Solal Rabinovitch interroge à propos des patients psychotiques : « Aimer son délire comme soi-même, cela peut-il guérir une identité fracturée qui manque d’un terme signifiant ? » On en revient ici à une de nos questions centrales : par quelles voies l’analyste peut-il faire entrer un analysant psychotique dans le jeu transférentiel et soutenir un travail de guérison ?
A travers ses ouvrages, en particulier La Folie du transfert (Érès, Scripta, 2006), Solal Rabinovitch décrit une voie de de travail pour le clinicien qui « fait avec » la faille constitutive du psychotique, qui respecte le déploiement d’un frayage qui lui est propre. Loin de toute vision défectologique de la psychose ou de l’idée que le transfert serait impossible dans la psychose, elle rend compte d’une pratique qui oeuvre à cocréer avec le patient un espace inédit, espace qui n’existait pas auparavant où des traces non advenues pourront s’inscrire pour le sujet. Pour faire émerger cet espace dans le transfert, pour créer ses bords, Solal Rabinovitch s’emploie à plier le dedans/dehors d’une manière tout à fait originale.

Dans cette perspective, Solal Rabinovitch a accepté pour cette séance de séminaire d’intervenir autour de la position et du travail du psychanalyste avec un patient psychotique et des enjeux transférentiels engagés. Elle nous parlera de cette position qu’adopte l’analyste vis-à-vis d’un analysant psychotique comme « bout de réel à déchiffrer dans le regard, la voix ou le geste » de façon à se tenir à une place dans le « champ de bataille » transférentiel qui n’est ni celle de l’Autre supposé savoir, de l’Autre délirant, ni celle de l’autre spéculaire du miroir. C’est la construction d’un « autre non spéculaire » comme adresse du sujet psychotique que Solal Rabinovitch nous propose de partager jusqu’à l’usure et au détachement auxquels sont promis le transfert au bout de l’aventure de la cure.

Nous pourrons suite à l’intervention de notre invitée échanger ensemble.

Nous vous accueillons à 20H30 au 27 rue des bluets 75020 Paris. Entrée et prix libre.

Alexandra de Séguin, pour Utopsy

utopsys@yahoo.fr
www.utopsy.fr (inscription à la newsletter sur le site)

Solal Rabinovitch a publié des articles et ouvrages comme :

L’ange, le fou, le savant et le psychanalyste, Scripta, janvier 2017
La folie du transfert, Scripta, 2007
Ecritures du meurtre, Scripta, 2004
La forclusion, Scripta, 2000
Les voix, Scripta, 1999

« Quand l’amour ne vient plus recouvrir la fiction du sujet supposé savoir… », La clinique lacanienne 2013/1 (n°23), p.127-132
« Anna » dans Cliniques du trauma sous la direction de Ghislaine Capogna-Bardet (Eres, 2014)
« Le Wunsch dans le délire onirique », Journal français de psychiatrie 2004/2 (n°22), p22-26
« La folie du transfert : entretien avec Solal Rabinovitch », Che Vuoi ?, n° 27 (2007)
« Rendre le réel visible » , Che vuoi ? 2010/2, p.55-71
« L’amour de transfert et la psychose », Revue d’éthique et de théologie morale, n° 211, supplément (1999)

Prochains séminaires d’ores et déjà prévus pour l’année 2016-2017 :

- Le lundi 6 mars Patrick Touzet, infirmier sera notre invité.
- Nous recevrons aussi au cours de l’année 2017 d’autres invités dont Lise Gaignard, Annie Topalov dont nous vous préciserons la date de venue bientôt.



SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © Gornety based on an idea from AA Studio sous Licence Creative Commons Attribution 2.5 License